Dimanche d'hiver...

*Après un (trop) long repas de famille chez tatie Eleonore,

 pendant que les adultes entament une partie de Canasta, on a donné quelques piecettes aux jumeaux en leur demandant d'aller faire un tour dans le quartier En effet, le petit epicier du coin reste ouvert le dimanche

*Dans sa vitrine: roudoudous et reglisse,"mistral gagnant", oursons en guimauve et chocolat ! C'est une bonne adresse pour les jumeaux Nils et Ninon

On a vu hier Ninon habillée par Magda mais on n'a pas vu Nils

P1680424

P1680421

ce serait bien dommage:il est superbe

Habillé par Sabine 

P1680415

P1680416

P1680418

P1680417

 

pantalon de velours noir, veste à gros carreaux bleu et noir avec la touche de rouge qu'on retrouve sur l'écharpe, le bonnet et les chaussures

P1680423

P1680422

Notez les boutons-crayons, les grandes poches à tresors ou à billes

P1680419

P1680420

et le voilà  avec Ninon

P1680425

P1680412

P1680410

P1680411

P1680413

P1680425

P1680426

P1680427

P1680429

les jumeaux ont tout mangé pendant leur petit tour du quartier,ça collait aux doigts(et aux dents  comme le dit Renaud;)) Juste la musique...

La bouche pleine de sucre,les joues rougies par le froid mais ravis d'avoir, comme des  grands, pu choisir seuls leurs envies

*Sans doute que les plus jeunes d'entre vous ignorent(à part les oursons) ce qu'étaient ces friandises (pas de fraises Tagada à l'époque) 

******

*Cette balade,ce tour du quartier de 2 enfants dans une ville endormie d' un dimanche d'hiver me rappelle tellement un souvenir d'enfance... souvenir qui m'est soudain revenu en mémoire quand je faisais ce message;)

car, si je n'ai pas de frère

* j'ai un cousin plus jeune que moi d'un an et qui habitait à moins de 100 m de chez moi (Paris XIIème, Place Daumesnil) ;Nous etions très proches dans notre enfance.Très souvent ,les familles se réunissaient le Dimanche avec nos grands parents. La folie était alors à la Canasta et pour ne pas que "les enfants s'ennuient le Dimanche" on nous suggérait un petit tour du quartier pour prendre l'air et on nous appâtait avec cette menue monnaie à depenser,tout seuls comme des grands, à l'épicerie du coin . Nous etions si fiers de cette liberté et de cette confiance qu'on nous accordait ! Nous avions 6 ou 7ans  peut être 8...

la nostalgie est bien toujours ce qu'elle était

A plus tard !